mardi 4 décembre 2012

Oh! Oh! AH!

Chère Mère-Noël,

Oui, c'est à toi que je m'adresse. À toute ta compréhension féminine, ton empathie naturelle, ton odeur de galette à la mélasse. Tu es une maman, après tout (l'es-tu vraiment? J'veux dire, tes lutins... tu les as enfantés les uns après les autres avec la baguette magique de Père-Noël? C'est Woodworth qui serait content.) En passant par toi, je me dis que j'ai peut-être plus de chance d'être entendue... parce que ton mari semble pas mal occupé, il en oublie une couple sur la planète si tu veux mon avis. Tu lui diras aussi,  si tu en as l'occasion, que le Canada n'a pas vraiment été sage cette année...

Mais si je reviens à mon nombril, je t'écris cette lettre parce que je désire très fort être récompensée. Je le mérite vraiment, j'ai BESOIN de ce cadeau. Tu comprends petite-maman-Noël-de-mon-coeur-que-je-m'écraserais-la-face-entre-tes-seins-l'instant-d'un-mot-d'encouragement? Je t'ai écrit un poème pour t'expliquer:


En janvier, j'me suis brûlée à travailler parce qu'en février, la face on m'a pétée. Et puis 
en mars, j'ai dégueulé l'over de manger mou ingurgité. En avril, j'ai réalisé que 11 mm était le fossé entre mes palettes décalissées (pardon). En mai, une thérapie je me suis payée pour éviter de me regarder. Est venu juin, avec l'été, les terrasses, les beaux bronzés. Par chance qu'en juillet, j'ai pu me cacher dans le fond du bois, au Lac Vaudray. Le mois d'août est arrivé, avec Eliott et ses sept années. En septembre, c'est la rentrée... ai-je besoin d'en rajouter? Une nouvelle job j'ai commencée, un FME j'ai digéré. En octobre, j'ai oublié... je devais peut-être être essoufflée. Et puis novembre, le mois dernier,où le dentiste j'ai contenté (les nerfs je t'entends penser, c'est son portefeuille que j'ai renfloué). Et aujourd'hui, décembre et ben cassée, avec un temps des fêtes à traverser...


Pis, vu de même, tu me le donnes-tu, mon cadeau?

Fuck le verre de lait et les biscuits près de la cheminée... Passe par la porte d'en avant, je t'attends avec un gin tonic et des histoires croustillantes à te raconter...

Source image : http://diamantfou.canalblog.com/archives/femme_actuelle/index.html

8 commentaires:

  1. Mouhahaha Catherine, vraiment tu es un thérapie! Continue de nous partager ta folie et ta vie... Je te souhaite que la mère-Noël passe et peut-être même un de ses fils, pourquoi pas? ;) xx Joanie

    RépondreSupprimer
  2. J'taime folle. J't'aime de même! C'est la plus belle lettre à la Mère Noël ever!

    RépondreSupprimer
  3. Hahaha, Joanie! Une "date" avec un lutin? Pourquoi pas... tant qu'il mesure minimum 5 pieds 10!

    RépondreSupprimer
  4. C'est drôle et touchant à la fois, c'est tout toi, ce texte-là et ça vient de « ton fond », ça ne s'invente pas, il faut le ressentir pis d'aplomb à part ça!

    Si tu savais comme je souhaite que la Mère Noël t'entende et te fasse un cadeau à la mesure de tout ce que tu mérites... Du bonheur à profusion.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Francine! L'humour, c'est la meilleure thérapie en soi! En tout cas, dans mon cas... A toi aussi, les plus joyeuses fêtes et que tout ce bonheur s'étende dans le temps... xxx

    RépondreSupprimer
  6. De belles Fêtes pour toi et Elliot!
    Et un beau grand lutin en prime.
    Que du bonheur pour toute l'année durant.

    RépondreSupprimer
  7. Ah Catherine j'ai revu en accéléré ton année 2011 et un ti-peu la mienne, j'ai tellement ri, comme tu dis le sens de l'humour quel remède!
    L'Univers et la mère Noël t'ont entendu reste a faire "adonner" les "hasards" de la vie...
    MS xxx

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires et n'oubliez pas de me laisser un indice sur votre identité (initiales, surnom, "inside"...)