dimanche 20 janvier 2013

Il faut apprendre à rester serein au milieu de l'activité et à être vibrant de vie au repos- Gandhi

Voici mon humble "speech", pour une grande occasion: la retraite de ma maman chérie.

Je me souviens de ma mère, alors que nous habitions sur la Murdoch... Le samedi matin, en robe de chambre, assise à la table de la cuisine et en train de "faire ses comptes". Factures étalées sur la table et calculatrice en main, nous savions à ce moment, mon frère et moi, qu'il était préférable d'aller "jouer ailleurs", comme on dit.

Ce n'est que plus tard, après mes études et avoir eu un enfant, que j'ai réalisé l'ampleur du défi des femmes d'aujourd'hui. Travailler à temps plein, aller à l'épicerie, à la pharmacie, au garage, chez le médecin, chez le dentiste, amener les enfants à leurs cours de soccer, de danse, de karaté, cuisiner des plats tout droit sortis du Guide alimentaire canadien, planifier des vacances en famille, gérer les horaires de tout le monde, prendre soin de son couple, trouver du temps pour se raser les jambes... Ma mère fait parti de ses "supers-femmes" qui ont relevé tous les défis qu'implique la conciliation travail-famille sans jamais laisser poindre le découragement. En tout cas, sans jamais nous l'avoir montré, à nous... Mes souvenirs d'enfance sont heureux, en grande partie parce qu'elle a su se retrousser les manches et suivre la vague. Je m'en inspire beaucoup aujourd'hui devant les défis que je dois moi-même relever.

Il y a près d'une dizaine d'années, Margot s'est retrouvée à Drummondville, là où elle a dû s'adapter à un nouveau milieu de travail, changer ses repères habituels et ... conduire sur l'autoroute. Encore une fois, elle a sauté dans l'aventure, non sans crainte mais avec tout le gros bon sens qu'on lui connaît. Par chance, mon père, mon frère et ses enfants étaient là pour combler le manque de ma si magnifique présence...

De retour aujourd'hui au pays des épinettes, à mon plus grand bonheur, nous voici rendu à ce moment tant attendu mais ô combien redouté par ma mère: la retraite.
"Késsé que j'vais faire?", "Ça va être plate, il me semble..." et " je ne peux pas croire que je ne travaillerai plus" sont des phrases qui reviennent souvent depuis la dernière année. Moi, je ne suis pas inquiète. Elle hibernera jusqu'au printemps et sera assez reposée, ensuite, pour entreprendre les premiers jours du reste de sa vie...
Et si se construire une maison, se remettre en forme et planifier des voyages ne sont pas d'assez gros projets et qu'elle se demande encore comment meubler son temps, j'ai deux ou trois bonnes idées pour l'occuper d'avantage...

Plus sérieusement, je suis certaine que la retraite t'ira à merveille maman. Tu pourras enfin prendre du temps pour toi, lire le journal en robe de chambre jusqu'à midi si tu veux et rêver à cette nouvelle vie qui t'est offerte. Peut-être aussi qu'en étant plus reposée, la balance en toi se calmera et qu'il te sera plus facile de prendre les bonnes décisions et de te faire confiance.

En tout cas, une chose est certaine: on reste jeune tant qu'on fait des projets. Alors je compte bien t'aider à les trouver, les inventer et les réaliser ces projets là parce que j'ai l'intention que tu restes jeune encore ben ben ben longtemps.

Pour toi, une retraite zen, pleine de vie et de rêves...
Je t'aime







1 commentaire:

  1. Merci Catherine de me faire profiter de ton talent pour l'écriture et de ton grand coeur. Toi et ton frère m'avez fait un immense plaisir en lisant ce petit mot, l'émotion était partagée, pas juste par moi :)
    Je tenterai de rester "vibrante de vie" pour cette nouvelle étape qui commence et ce, un peu beaucoup a cause des merveilleuses personnes qui m'entourent.
    xxx Maman

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires et n'oubliez pas de me laisser un indice sur votre identité (initiales, surnom, "inside"...)